« Si le chemin était extérieur, des indications seraient possibles, mais il est intérieur. Cherchez en vous-même. Le Soi (la Conscience – Présence – Paix) est toujours réalisé. Il est à la portée de votre expérience. »

Ramana Maharshi

En ces temps d’instabilité – et quoi que nous pensions de la situation et de ses conséquences potentiellement énormes (des plus négatives aux plus positives)-,  il semble encore plus important de nous appuyer sur ce qui est fondamental et essentiel, sur ce qui est toujours présent et toujours en paix, sur ce qui est inébranlable et ne change jamais, indépendamment des fluctuations du « monde » ou de notre mental.

Dans ce moment particulier, il peut donc être profitable (pour ceux qui en ont la chance) que le confinement soit un vrai retour vers l’intérieur.

Cela ne nous détournera pas de ce qui se passe et de la solidarité essentielle, mais aiguisera notre discernement et notre compréhension globale, pour voir et agir avec plus de pertinence, de clarté et sans doute de paix.

Si « les autres », par l’ouverture et le partage, nous permettent souvent d’oublier temporairement ce sentiment d’identité séparée et limitée – cause de toute souffrance -, c’est bien seul, face à nous-mêmes, que nous avons un accès direct à notre vraie nature sans limite…

C’est tout le sens de la méditation.

Mais ne nous trompons pas sur ce que signifie « le retour vers l’intérieur».

A tort, certains pensent que cela signifie notre personne (corps/mental), mais cela indique en fait un retournement de l’attention de tous les objets de perception  (sensations, pensées, perceptions) vers le sujet qui perçoit, le Soi, c’est-à-dire le vrai « Je » conscient.

Méditer n’est donc pas un auto-centrage autour de cette petite personne que nous croyons être, pour la rendre moins stressée ou plus décontractée  (même si cela peut y contribuer naturellement), cela consiste au contraire à voir  – et comprendre – que nous ne sommes justement pas limités par ce corps/mental.

Méditer ne nous isole donc pas dans une bulle, au contraire, dans le silence intérieur, notre plus profonde intimité se révèle en effet être totalement impersonnelle et sans limite.

Certains penseront sans doute que ce sont juste des mots évoquant une belle idée… Et pourtant… C’est la simple et profonde réalité de chaque expérience, si nous arrêtons d’y ajouter nos croyances erronées et que, pour une fois, nous ne croyons plus nos vieilles pensées, mais que nous nous appuyons sur la seule expérience du présent.

Chacun peut donc l’expérimenter à tout moment. Et chacun y trouvera la même chose, un sentiment de profonde paix, de non-limite et de non-séparation. Un sentiment qui n’est pourtant pas vraiment inconnu et qui semble parfois appartenir à un vague souvenir d’enfance. Car c’est le sentiment le plus présent, le plus proche et le plus immédiat qui puisse exister : celui du pur « Je suis » avant toute identification, comme celui que nous pouvons parfois ressentir un bref instant au réveil ou à l’endormissement.

« Vous êtes “Conscience” . Conscience est un autre nom pour vous. Du moment que vous l’êtes, il n’y a pas besoin de l’atteindre ou de la cultiver. Tout ce que vous avez à faire, c’est cesser de penser autre chose »

Ramana Maharshi

Même si cette expérience nous empêchera pas de souffrir, car elle ne tranchera sans doute pas  – pour la plupart – le nœud de l’identification à la personne que nous croyons être, elle sera déterminante pour comprendre en quoi consiste « ce retour à la maison », ce bonheur, que nous cherchons tous à travers tous nos désirs. Et cela redonnera un tout autre sens et une nouvelle orientation à nos vies, dont à l’évidence nous avons, collectivement, un impérieux besoin.

Car retrouver sciemment cette source commune  – que nous ne pouvons jamais réellement quitter -, c’est aussi retrouver une vision et un comportement plus lucides et plus adaptés dans le relatif et le temporaire de chaque situation.

Mais pour que la méditation soit réellement une porte ouverte vers cet espace de paix que nous sommes, elle doit pointer le sujet que nous sommes, et ne pas être un « exercice », une discipline ou une méthode mécanique, limitée et rigide, comme on l’enseigne parfois dans des approches superficielles ou de développement personnel  (car si elles ont leurs utilités, elles sont aussi souvent un obstacle à cette ouverture).

C’est pour cela que le sens de la méditation évoquée ici s’apparente plus au fait de demeurer directement et sciemment dans le Soi (c’est le cœur de la voie directe de l’Advaïta Vedanta, notamment à travers l’Atma Vichara, le fameux « Qui suis-je ? » de Ramana Maharshi) que de pratiquer une technique en vue d’atteindre quelque chose, et qui ne serait au final qu’une fuite de plus….

Car méditer en définitive, c’est simplement l’expérience d’être, c’est-à-dire être, mais l’être sciemment…

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cette page avec vos contacts